L'architecture du Puy
>>
Accueil
>
A pied
>
L'architecture du Puy
Puy-Saint-Vincent

L'architecture du Puy

Histoire et architecture
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Si l’on appelait les gens de la commune les «Traversouirres», c’est que leurs habitations, agencées en une série de petits hameaux, s’accrochent à la pente et tracent des rues à flanc de «puy». On dit ici qu'on «traverse» pour passer d'un hameau à l'autre.

Un petit bout de terrain proche d’une source, dans un endroit à l’ombre et bien au frais, voilà tout ce dont ont besoin les propriétaires de la vallée pour améliorer leur quotidien. Ils y cultivent le chanvre jusque dans les années 1920. Dans les successions, les «chenevières» sont convoitées autant que les parcelles de vigne !


Les 6 patrimoines à découvrir

  • Architecture

    Les communs

    Dans la rue principale de Puy-Saint-Vincent, toute «en travers» qu’elle soit, on trouve, d’un bout à l’autre, chaque bâtiment nécessaire à la communauté. Le moulin est encore là, avec ses canaux d’amenée et de fuite d’eau. Le four banal est allumé chaque année pour le 14 juillet. Il vient d’être restauré et partage la petite place pavée avec une belle fontaine en bois cerclée de fer.

  • Savoir-faire

    Les "chenevières"

    «Avril donne le fil», dit-on. Semée après les gelées, au printemps, le chanvre pousse en hautes tiges dans de minuscules parcelles, les «chenabiers» ou «chenevières». La fauche se fait fin août et les brins sont immédiatement immergés dans de grands trous d’eau au bord des prairies humides, les «naïs». Ils restent à rouir pendant plus d’un mois pour libérer toute la gomme qui agglutine les fibres végétales.

  • Savoir-faire

    Le travail du chanvre

    On occupe presque toutes les veillées des soirs d’hiver à «teiller» les pailles. Il faut les casser une à une pour en retirer les longs filaments souples. Une fois lavées et peignées, on distribue ces «pelotes» de chanvre aux cordiers et aux fileuses pour la confection de cordes, de couvertures et de toiles de vêtements. Lorsqu’une famille commande de la toile au tisserand, tous ses membres se rendent au métier à tisser pour «urdir», attacher les fils sur l’ourdissoir.

  • Histoire

    L'église Sainte-Marthe

    L’église Sainte-Marthe a été édifiée au XIXème siècle, en 1817 exactement, comme indiqué au sommet du fronton. Seule la façade principale est ornée d’un décor peint. Sur deux registres superposés et sur le pignon, des pilastres ou faux-piliers encadrent soit les baies qui éclairent la nef, soit des panneaux peints en faux marbre. Quelques stèles rappellent la présence de l’ancien cimetière. Inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, cette église accueille également la plaque commémorative des défunts de la Première Guerre mondiale.

  • Architecture

    Abri protecteur

    Quelques propriétaires possèdent, à part du logis principal et isolée de la grange, une petite construction à l’abri des incendies domestiques tant redoutés. On conserve là, au frais dans cette cave extérieure, jambon, fromages, farine, sel et autres denrées mais aussi souvent ce que la famille possède de précieux.

  • Architecture

    Architecture massive

    À l'origine, l’habitat des hautes vallées du pays des Ecrins n’offre qu’une taille réduite où cohabitent hommes et animaux. Contrairement à la Vallouise, dont l’architecture développe une harmonie d’arcades et de décorations, les maisons du Puy conservent la rusticité d’une construction en un seul bloc entièrement maçonné avec une toiture en demi-croupe débordant sur un balcon de séchage. Cette saillie du toit protège la façade principale des intempéries, surtout de la neige. On circule à l’abri et le stock de bois de chauffage reste sec tout l’hiver. C’est un peu le pendant de la «toune» du Champsaur-Valgaudemar, ce porche voûté en berceau qui abrite l’entrée du logis et de l’écurie.


Description

Depuis le parvis de l'église de Puy-Saint-Vincent, dos à l'édifice, suivre la route sur la droite jusqu'à l'intersection.
  1. Tourner alors à droite et suivre cette route jusqu'au prochain carrefour. 
  2. Prendre la route à droite qui ramène au point de départ devant l'église.
  • Départ : Puy-Saint-Vincent
  • Arrivée : Puy-Saint-Vincent
  • Communes traversées : Puy-Saint-Vincent

Météo


Profil altimétrique


Lieux de renseignement

Maison du Parc de Vallouise

, 05290 Vallouise

http://www.ecrins-parcnational.fr/vallouise@ecrins-parcnational.fr04 92 23 58 08

Information, documentation, maquette, expositions, projections, vente des produits et ouvrages du Parc. Visites guidées pour les scolaires, réservation obligatoire. La nouvelle Maison du parc a ouvert à Vallouise depuis le 1er juin et propose aux visiteurs une exposition permanente interactive invitant à la découverte du territoire et de ses patrimoines. Un espace d'exposition temporaire permettra une offre renouvelée. Enfin,le dispositif est complété par une salle audiovisuelle permettant d'organiser projections et conférences Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

En savoir plus

Transport

Navette de Briançon à Puy-Saint-Vincent (réserver 36 h à l'avance au 04 92 502 505).


Accès routiers et parkings

D'Embrun, prendre la N94 en direction de Briançon. A l'Argentière-la-Bessée, tourner à droite sur la D994E, puis, encore à droite, sur la D4 vers Puy-Saint-Vincent.

Stationnement :

Parking à Puy-Saint-Vincent

Source

Parc national des Ecrinshttps://www.ecrins-parcnational.fr

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :