Le vallon de Navette
>>
Accueil
>
A pied
>
Le vallon de Navette
La Chapelle-en-Valgaudemar

Le vallon de Navette

Faune
Histoire et architecture
Très facile
1h15
4,4km
+109m
-109m
Boucle
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Une belle balade familiale à la découverte de l'histoire du hameau de Navette et de la cascade de Buchardet.

Par une chaude journée d'été, sur un sentier ombragé, les ruines du hameau de Navette, sa chapelle restaurée, d'anciennes terrasses de culture aujourd'hui reboisées, et la « via clause » se laissent découvrir et permettent de s'imprégner de la vie d'antan.


Les 22 patrimoines à découvrir
Flore

Dorine à feuilles alternes

La dorine à feuilles alternes possède de petites feuilles opposées jaune-vert. Elle se rencontre jusqu'à 1 900 m d'altitude à proximité des rochers humides, des suintements et des sous-bois frais.

lire la suite
Architecture

Maison de Fouronnière

La maison de Fouronnière est la seule maison du hameau encore en "état" avec  l’étable et l'habitation voûtées, le four et la grange. L'étrave à l'arrière de la maison permettait de résister aux avalanches. Ce bâtiment appartient à un particulier, veuillez respecter la propriété privée.

lire la suite
Architecture

Habiter la pente

Les constructions groupées étaient étagées sur la pente de l’adret. C'est le meilleur compromis pour profiter d’un bon ensoleillement et rester à l’écart des avalanches, sans trop empiéter sur les terres cultivables. Généralement, la bâtisse servait à la fois d’habitation, de bergerie et de lieu de stockage pour les denrées et le fourrage. Les volumes consacrés à l’élevage étaient beaucoup plus grands que ceux destinés à l’habitation (seulement 15%).

lire la suite
Petit patrimoine

Pont Bonet

Autrefois, le pont Bonet permettait de traverser le torrent de Navette. Avec l'abandon du hameau en 1930, le pont en bois n'a pas résisté aux dégâts du temps.

lire la suite
Flore

Gagée jaune

La gagée jaune possède de grandes et larges feuilles qui la différencie des autres gagées. Elle pousse principalement dans les bois. Elle fleurie à partir du mois d'avril. Comme son nom l'indique, sa fleur est jaune. Cette espèce végétale est protégée sur l'ensemble du territoire français.

lire la suite
Architecture

Restauration de la chapelle de Navette

Le bâtiment a été restauré conformément avec sa volumétrie originelle et d'après des archives photographiques. Afin de respecter au mieux la mémoire de la chapelle, la charpente et le plancher ont été réalisés en bois de mélèze prélevé sur place. Les lauzes de la toiture ont cependant été importées. Des fragments de mortier ont été retrouvés aux pieds des murs et ont permis de déterminer la couleur d'origine de l'enduit. Un chaullage, lait de chaux pigmenté a été appliqué sur le pignon et le soubassement. Détail important de l'architecture religieuse du Valgaudemar, l'oculus, également appelé oeil de bœuf a été conservé à l'identique.

lire la suite
Architecture

Chapelle de Navette

Avec l'abandon du hameau en 1930, la chapelle de Navette n'a pas survécu aux dégâts du temps. Au début des années 80, il ne restait plus que le pignon clocher, prêt à s’écrouler. Le 23 juin 1985, d'anciens habitants de Navette organisèrent un pèlerinage pour la Saint Jean-Baptiste, patron de Navette. Grâce aux acteurs du territoire et aux amis de Navette, un projet de reconstruction fut mené. Le 7 juin 2002, l'évêque de Gap a inauguré le bâtiment. Depuis, le hameau revit chaque premier dimanche de juillet. Une messe est organisée dans la chapelle. Anciens et amoureux de Navette s'y retrouvent autour d'un pique-nique.

lire la suite
Architecture

Toune

La toune est une arcade située sur la façade principale de l'habitation. Elle abritait les matériaux stockés tel le bois et servait de protection à l'entrée des bêtes et parfois des hommes. La toune était très souvent enduit de blanc afin de réfléchir la chaleur du soleil. Les habitants s'y installaient afin d'effectuer les petits travaux (broderie, reprisage...).

lire la suite
Architecture

Pas de moineau

Le pignon à redents ou en “pas de moineau” atteste de la couverture antérieure en chaume. Cette spécificité architecturale s'associe à la technique de couverture en paille de seigle. Un mur saillant découpée en redents compose le pas de moineau. Des lauzes saillantes sont posées légèrement en pente sur le pignon afin de le protéger contre les infiltrations de l'eau, de préserver le solin et d'éviter que le vent ne soulève le chaume. Associé à la cheminée, le pignon à redents limite la propagation des incendies.

lire la suite
Architecture

Toit de chaume

La couverture des maisons et des dépendances varie selon les époques. Le toit de chaume est constitué de matière végétale tel la paille de seigle utilisée autrefois à Navette. Il a l'avantage d'être un très bon isolant thermique. Cependant, après de terribles incendies, le chaume est moins utilisé au profit de la lauze, provenant principalement de la carrière de la cascade de la Buffe.

lire la suite
Histoire

Histoire de Navette

La vie à Navette fut difficile. En 1895, les maisons en toit de chaume brûlent. Puis en 1914, le hameau est inondé. Par deux fois, les Navettins persévèrent et reconstruisent les habitations. Cependant, après la seconde inondation de 1928, les habitants se découragent. Ils quittent donc Navette et cèdent leurs terres à l'ONF qui avait engagé un vaste programme de reboisement. Quelques anciens ont toujours gardés ce lien avec leur terre d'origine. Ainsi, chaque premier dimanche de juillet, Navette revit.

lire la suite
Histoire

Vivre autrefois à Navette

Autrefois, les habitants allaient collecter le bois aux alentours, parfois très haut en altitude. Il fallait alors redescendre avec des cahrges de plusieurs kilos sur le dos. Les Navettins, habitants de Navette, possédaient peu : sept à huit vaches pour les plus "aisés", quelques chèvres, moutons ou cochons pour d'autres. Les ovins et porcins étaient engraissés pour être tués à l'automne.

lire la suite
Petit patrimoine

Via clause

La via clause est un sentier qui longe les champs cultivés. Passage obligé pour les bergers et leur troupeaux, la via clause est bordée de murets délimitant un sentier creux. Le chemin contient ainsi les bêtes qui montent aux alpages. Ces petits murs sont maçonnés avec des pierres collectés dans les champs à proximité.

lire la suite
Flore

Mélèze

Le mélèze est le symbole des Alpes de lumière et l'arbre de tous les usages, de la fontaine au faîte de toit. Il est un rempart végétal contre les avalanches et l'érosion. Il s'accommode de conditions hostiles à la vie mais il ne supporte pas la concurrence des autres arbres. Ses aiguilles tamisent la lumière et encouragent ainsi l'herbage et une riche floraison.

lire la suite
Eau

Cascade de Buchardet

Descendant du vallon suspendu du jas de la Lauze au niveau d'un verrou glaciaire, le torrent de Buchardet a creusé une gorge de "raccordement" sous-glaciaire entre 1 700 et 1 400 m d'altitude, à travers le socle cristallin composé de migmatites ou gneiss, roches métamorphiques qui ont subi une fusion partielle. Cette gorge de raccordement relie le cirque glaciaire suspendu du Cros du Jas de la Lauze à la vallée glaciaire principale, creusée plus profondément et drainée par le torrent de Navette. Le flanc plus raide de l'auge glaciaire de Navette est franchi en "cascade" par le torrent du Cros du Jas de la Lauze. L'érosion a été facilitée par les roches qui sont ici mylonitisées ou broyées dans un fuseau de roche écrasée par les mouvements tectoniques, qui s'étend de Tête Virante à Buchardet.

lire la suite
Faune

Cincle plongeur

Le cincle plongeur est facile à observer à condition d'être discret. Il vit le long des rivières et des torrents de montagne. Petit oiseau roux et gris, à la queue courte, il a le bec effilé, une tâche blanche du menton à la poitrine. Cet étonnant passereau a la particularité de marcher au fond de l'eau à contre-courant, en quête de nourriture. Il s’aplatit et s’agrippe au fond avec ses doigts, ouvre sces yeux, protégés des flots par une fine membrane et repère alors : vers, larves, petits crustacés et poissons.

lire la suite
Faune

Pic noir

Ce drôle d'oiseau noir avec un casque rouge et un long bec clair est le plus grand pics des Alpes. Il est difficile à observer car ril est très solitaire et méfiant. Cependant, grâce aux nombreux indices qui révèlent sa présence, il est possible de repérer son chant et ses cris très typiques et sonores. Il tambourine sans relâche pour défendre son territoire ou pour trouver des scolytes et des fourmis charpentières. 

lire la suite
Faune

Aigle royal

L’aigle royal compte parmi les espèces rares et protégées d' Europe. Sa grande taille, sa coloration sombre, ses ailes rectangulaires et ses fréquents déplacements en plein air permettent de l’identifier aisément. Aux heures chaudes de la journée,  il tournoie régulièrement dans les airs profitant du vent pour s’élever. Grâce à son excellente vue, l'aigle royal scrute les environs à la recherche d’une marmotte imprudente ou d’un jeune chamois. En hiver, il prélève régulièrement sa nourriture sur des cadavres d’animaux.

lire la suite
Faune

Chevreuil d'Europe

Animal de frontières, c’est à l’orée des bois, à la lisière de l’aube et du crépuscule que le chevreuil se laisse apercevoir, notamment l'hiver quand les animaux se regroupent en petites hardes. Dans la pénombre, leur miroir, cette tache blanche sous la queue en forme de cœur pour les femelles et de haricot pour les mâles les trahit parfois. Fin, agile et rapide, le chevreuil est très discret mais laisse l’empreinte de ses frêles sabots sur la neige ou la boue jusqu’à l’étage alpin. Au début de sa vie, le faon est couvert de taches blanches qui le camouflent. Ce « bambi » reste très souvent couché dans l’herbe. Si vous en découvrez un, ne le touchez pas : il n'est pas abandonné.

lire la suite
Faune

Petit Apollon

Un bruissement à peine perceptible dans l'herbe givrée trahit la présence d'un papillon dérangé par nos pas et incapable d'utiliser ses ailes humides. Quelques soubresauts délicats et le voici, agrippé à une canche, puis par spasmes successifs, le petit Apollon ouvre lentement sa voilure de nacre presque translucide au soleil. Ses ailes blanches possèdent un minuscule ocelle rouge. Ce papillon est une espèce rare et protégée.

lire la suite
Faune

Chamois

Animal emblématique des Alpes, le chamois ou « chèvre des rochers » porte de courtes cornes noires et crochues. Les chèvres et éterlous (jeunes mâles d'un an) aiment à constituer de grandes hardes ; a contrario, les boucs restent plutôt isolés pour ne rejoindre les femelles qu’à la saison des amours. L’hiver, les chamois aspirent à beaucoup de tranquillité car ils vont survivre en économisant leurs réserves de graisse. En restant sur le sentier, le chamois est facilement observable sur le versant opposé.

lire la suite
Faune

Truite fario

La truite fario est un poisson de montagne par excellence. Elle vit dans les cours d'eau frais et riches en oxygène. Elle ne survit pas à une température supérieure à 18°C. Comme tous les salmonidés, elle possède une nageoire adipeuse, situé entre celles dorsale et caudale, une tête au museau pointu et une bouche garnie de petites dents. Sa robe est de couleur claire, mouchetée de points rouges et noirs.

lire la suite

Description

Au parking de Fouronnière, marcher 300m jusqu'au croisement.

  1. Prendre à gauche, franchir le pont de pierre, puis un second en bois au bout d'une courte montée, pour aller au village en ruine de Navette.
  2. Traverser Navette et continuer par la piste à travers la forêt de mélèzes puis d'épicéas, pour atteindre rapidement la prairie de Buissard.
  3. A son extrémité, la cascade de Buchardet se laisse découvrir sur la gauche. Un petit sentier escarpé permet de mieux s'en approcher. Traverser le torrent sur un pont de bois et poursuivre dans la forêt de mélèzes en empruntant un sentier muré de pierres (via clause) avant de redescendre à nouveau pour traverser le torrent de Navette et passer sur l'autre versant du vallon.
  4. Au croisement, prendre à droite pour retourner au parking de Fouronnière par un sentier en balcon qui surplombe le torrent de Navette.
Départ : Fouronnière
Communes traversées : La Chapelle-en-Valgaudemar

Profil altimétrique


Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.
Aigle royal

Nidification de l'Aigle royal

Les pratiques qui peuvent avoir une interaction avec l'Aigle royal en période de nidification sont principalement le vol libre et les pratiques verticales ou en falaise, comme l'escalade ou l'alpinisme. Merci d'éviter cette zone !

Attention en zone cœur du Parc National des Écrins une réglementation spécifique aux sports de nature s’applique : https://www.ecrins-parcnational.fr/thematique/sports-de-nature

Domaines d'activités concernés :
Aerien, Manifestation sportive, Vertical
Périodes de sensibilité :
janv.févr.marsavr.maijuinjuil.août
Contact :
Parc National des Écrins
Julien Charron
julien.charron@ecrins-parcnational.fr

Recommandations

En coeur de parc
Le Parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est nécessaire de connaître pour préparer son séjour.

Les chiens de protection des troupeaux

En alpage, les chiens de protection sont là pour protéger les troupeaux des prédateurs (loups, etc.).

Lorsque je randonne, j’adapte mon comportement en contournant le troupeau et en marquant une pause pour que le chien m’identifie.

En savoir plus sur les gestes à adopter avec le dossier Chiens de protection : un contexte et des gestes à adopter.
Racontez votre rencontre en répondant à cette enquête.

Lieux de renseignement

Maison du Parc du Valgaudemar

Ancien Asile Saint-Paul, 05800 La Chapelle-en-Valgaudemar

http://www.ecrins-parcnational.fr/

valgaudemar@ecrins-parcnational.fr

04 92 55 25 19

Information, documentation et un espace d'accueil avec des expositions permanente et temporaires. La maison du Parc est labellisée «Tourisme et handicap». Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

En savoir plus

Accès routiers et parkings

A 21 km de St Firmin par la D58, la D985a jusqu'à la Chapelle et tourner à droite, sur une route étroite, en direction du hameau des Portes puis rejoindre Fouronnière. Entre le hameau des Portes et Fouronnière, l'accès s'effectue par une piste non goudronnée.

Stationnement :

Fouronnière

Source

Parc national des Ecrinshttps://www.ecrins-parcnational.fr

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :