Rando Ecrins

Les lacs de Pétarel par les Portes

5 h 30
Durée
Difficile
Difficile
Aller-retour
Aller-retour
12,3 km
Longueur totale
1181 m
Dénivelé montant
Usages
  • A pied
Thème
  • Faune
  • Lac et glacier
  • Point de vue

Départ : Les Portes, La-Chapelle-en-Valgaudemar

Cette ascension passe d'une ambiance forestière, intime et fraîche à un paysage ouvert, exposé à la chaleur du soleil.

Marchant progressivement dans la forêt, une ombre passe rapidement à quelques mètres de moi. M'immobilisant, j'observe cet inconnu qui me regarde avec étonnement et qui semble dire : "mais quel est donc cette créature qui n'est pas chamois ?".

Dans le hameau des Portes, prendre sur la droite le sentier fléché "Lacs de Pétarel". Suivre ce sentier qui grimpe, peu après, à un croisement, prendre à gauche en suivant bien la flèche indiquée sur le panneau. Après avoir traverser une clairière, traverser un éboulis puis rejoindre et traverser le torrent de Pétarel. Par la suite, cheminer dans la forêt où le sentier rencontre celui du hameau des Andrieux. Suivre la direction "Lacs de Pétarel" indiquée sur le panneau à ce croisement. Continuer dans la forêt jusqu'à rencontre un versant à la végétation rase, le remonter progressivement à travers les lacets. Le sentier retraverse le torrent. Marcher prudemment dans les derniers passages rocheux. Un gros cairn signale l’arrivée aux lacs. Revenir par ce même itinéraire.

Accès routier

A 21 km de St Firmin par la D58, la D985a jusqu'à La-Chapelle-en-Valgaudemar et tourner à droite, sur une route étroite jsuqu'au hameau des Portes.

Lieux de renseignement

Maison du Parc du Valgaudemar

Information, documentation et un espace d'accueil avec des expositions permanente et temporaires. La maison du Parc est labellisée «Tourisme et handicap». Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

Ancien Asile Saint-Paul
05800 La Chapelle-en-Valgaudemar

Site web - Courriel - 04 92 55 25 19

Lat: 44.81836, Lng: 6.19371

Cet itinéraire est dans le coeur du parc national, veuillez consulter la réglementation.

Cliquer pour intéragir

Sur le chemin…
Flore
Myrtilles

La myrtille est un sous-arbrisseau touffu dont les ramilles vertes et anguleuses portent de petites feuilles tendres, ovales et finement dentées. Ses fleurs, lie-de-vin, sont solitaires en forme de grelot. Elles donneront dès le mois d’août des baies comestibles à la pulpe violette, d’où son appellation populaire de « gueule noire ». Elle accompagne l’embrune en altitude, où des versants entiers se parent d’un rouge vif bien visible dans le paysage, l’automne venu. La myrtille constitue un complément de nourriture pour la faune baccivore (qui se nourrit de baies), frugivore ou herbivore, ce qui lui aurait valu son nom scientifique vaccinium, du latin vacca (vache).

011080
Faune
Chamois

Animal emblématique des Alpes, le chamois ou « chèvre des rochers » porte de courtes cornes noires et crochues. Au printemps, il est plus facilement observable avec des jumelles autour des lacs de Pétarel et parfois en solitaire dans la forêt. Les chèvres et éterlous (jeunes mâles d'un an) aiment à constituer de grandes hardes ; a contrario, les boucs restent plutôt isolés pour ne rejoindre les femelles qu’à la saison des amours. L’hiver, les chamois aspirent à beaucoup de tranquillité car ils vont survivre en économisant leurs réserves de graisse.

021306
Faune
Fourmis rousses

De nombreuses fourmilières sont présentes dans ce massif forestier. Les fourmilières sont composées d'accumulation de débris végétaux. Le rôle principale du dôme est la thermorégulation de la fourmilière, en particulier pour le couvain. En effet, la température des oeufs de fourmis ne doit pas dépasser 25°-30°C. Le poids de cette habitat peut être impressionnant : jusqu'à 20 kilos pour un nid de 3 mètres cubes. Les fourmilières sont, paraît-il, un signe de bonne santé de l'environnement. Veuillez respecter ces petits êtres !

014815
Point de vue
Cime du Vallon

La cime du Vallon est une course de neige peu difficile mais également en hiver et au printemps, une course en ski de randonné. Réalisé depuis La Chapelle-en-Valgaudemar, elle offre un dénivelé important avec 2 350 m  de descente.

Point de vue
Pic des Souffles

Premier sommet de la vallée dépassant les 3 000 m d'altitude, il n'est guère visité par les alpinistes. Au début de l'histoire de l'alpinisme, le pic était très fréquenté par des guides locaux qui y ont ouvert les premières voies. Actuellement, une voie côtée AD (assez difficile) a été équipé. L'approche est longue mais elle vaut le détour pour son ambiance suspendue. Le passage au refuge du même nom ne laisse pas indifférent.

Point de vue
Pic de l'Olan

Le pic de l'Olan est le sommet phare de la vallée. Son versant nord-ouest est une des faces les plus hautes et sauvages des Alpes, au même titre que l'éperon Walker ou les Drus (dans le massif du Mont-Blanc). Son nom est une déformation de l'Auran qui signifiait « mont venteux ». La première ascension du sommet nord date du 29 juin 1877. Pour les alpinistes, sa course représente un bon rocher accessible à tous niveaux, accompagnée toutefois d'un guide de haute-montagne.

Point de vue
Pic Turbat

Un joli 3 000 m réalisable en randonnée sportive en été, contemplative depuis le refuge des Souffles de l’ Olan. C'est aussi un joli belvédère sur la première partie de la vallée et sur la grande face nord-ouest de l'Olan. Au retour, la pause s'imposera au petit lac Lautier.

Géologie
Granit du pic Turbat

Ce granit très compact (en face sur le versant opposé), constitué de grains fins, et de couleur clair est spécifique au pic Turbat. Il s'est formé à partir de gouttes granitiques qui ont remonté à travers le magma, puis ont été découvertes avec l'érosion.

Géologie
Ensemble minéral de l'Olan et de Turbat

Cet ensemble minéral (situé en face sur le versant opposé) constituant l'Olan et le Turbat offre une lecture intéressante des diverses couches géologiques. Ce site est caractéristique du territoire alpin. Ces dernières hautes montagnes du cœur du massif dépassent de 3 500 m le socle cristallin.

Lac
Lacs de Pétarel

Les lacs de Pétarel sont le reliquat d'une longue histoire géologique et glaciaire. Ils sont issus d'un surcreusement des glaciers dans le granit hercynien, roche souche du massif des Ecrins.

017943
Lac
Suivi scientifique des lacs de Pétarel

Un protocole scientifique a été mis en place sur le lac de Pétarel afin de suivre l'évolution des poissons, du zooplancton et du phytoplancton. Ce lac constitue une singularité dans les parcs de montagnes, ils témoignent des évolutions climatiques et historiques. Ce protocole se réalise en lien avec d'autres services : l'Institut Méditérranéen de Biologie continentale et marine (IMBE), l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA) et la fédération départementale de pêche des Hautes-Alpes.

019377

Profil altimétrique

Altitude (m)

Min : 1260 m - Max : 2109 m

Distance (m)

 

Recommandation

Le passage du torrent peut s'avérer périlleux lorsque le débit est important (nécessité de traverser à gué).

Rappel : seul le bivouac est autorisé (de 19h à 9h) et les déchets sont à redescendre afin de conserver le site.

Plus d'informations