Rando Ecrins

Les crêtes de la croix de la Garde

5 h 30
Durée
Moyen
Moyen
Boucle
Boucle
8,3 km
Longueur totale
632 m
Dénivelé montant
Usages
  • A pied
Thème
  • Faune
  • Flore

Départ : Villard Reymond → Arrivée : Villard Reymond

Une belle boucle trilogie tranquille mêlant quiétude des alpages, paysages de crêtes et douceur de la forêt.

Les magnifiques prairies des alpages forment une entrée et sont une invitation à pénétrer dans le cirque du Grand Renaud. Dans ces paysages sauvages et vierges, la quiétude absolue des lieux invite à l'observation et la contemplation. Une fois les crêtes atteintes, la sensation d'isolement laisse place à un sentiment de domination de liberté aérienne. Le retour par la forêt enveloppe le randonneur de parfums, une trilogie parfaite pour se ressourcer.

Se garer au parking d'accueil en bas de Villard Reymond et prendre le sentier en contrebas du Chemin De Velzut (1614m) qui épouse la courbure du cirque du Grand Renaud. Après avoir traversé plusieurs combes, le sentier amorce en lacets une montée dans les magnifiques prairies fleuries des alpages. Une fois dépassée la Cabane du Berger, le sentier mène en pente franche jusqu'au Grand Riou (1608m), offrant une vue plongeante au-dessus du torrent sauvage et de ses marmites. Du Grand Riou, sur la gauche, la montée en lacets parcoure cet immense cirque du Grand Renaud puis bifurque franchement vers un collet rocheux jusqu'à La Fontaine du Clot de La Selle (2083m). Poursuivre à flanc de pente dans l'herbe en contrebas de la crête, jusqu'à atteindre celle-ci. La vue est alors panoramique jusqu'à la Croix de Carrelet. La descente en lacets offre une jolie vue, puis s'engage dans une magnifique forêt de mélèzes, de pins et d'épicéas. Au col des maisons du Loup (1785m), basculer en direction de Villard-Reymond.

Accès routier

D526 jusqu'à La Palud puis D210 jusqu'au parking de Villard-Reymond

Lieux de renseignement

Maison du Parc de l’Oisans

Présentation en image des richesses naturelles de l'Oisans et des métiers de montagne. Information, documentation sur le Parc, projections, coin lecture pour les enfants. Accessible aux personnes à mobilité réduite. Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

Rue Gambetta
38520 Le Bourg d'Oisans

Site web - Courriel - 04 76 80 00 51

Lat: 45.0555, Lng: 6.0282

Cliquer pour intéragir

Sur le chemin…
Faune
Pipistrelle commune

Brune aux oreilles relativement courtes, la pipistrelle commune et la pipistrelle pygmée se disputent le titre de la plus petite chauve-souris d’Europe. La pipistrelle commune se rencontre dans des milieux écologiques très divers,même au-delà de 2 000 m d’altitude. Dès l’époque de Jules Ferry, les livres scolaires vantaient les mérites des chauves-souris. En effet, insectivores, elles consomment chaque jour le quart ou le tiers de leur poids en moustiques et autres insectes. Elles émettent des ultrasons inaudibles pour l'oreille humaine mais détectables grâce à un capteur. Cette technique leur permettent de se repérer lors de déplacements noctures et capturer leurs proies. On peut souvent les apercevoir autour des réverbères chassant des insectes volants attirés par la lumière.

021018
Flore
Campanule en thyrse

Reconnaissable entre toutes, cette campanule porte des fleurs jaunes en épis très compact, aussi appelé thyrse. C'est une des rares plantes alpines bisannuelle. Les graines dispersées à l'automne donnent naissance au cours de la première année à de grandes feuilles allongées, poussant en rosette. La floraison ne se produit que la seconde année, au cours de laquelle elle assure sa descendance et meurt. Cette plante se trouve sur les pelouses alpines (de 1 000 à 2 600 m d'altitude) et les rocailles, sur des sols plutôt calcaires. Dressée sur une tige épaisse, creuse et très feuillée, elle mesure de 10 à 30 cm.

010961
Faune
Accenteur alpin

L'accenteur alpin, plus discret que le chocard à bec jaune, de la taille d'un moineau, est un autre habitant de ces altitudes. Il ne se tient jamais bien loin. Sur le dessus, quelques traits noirs rayent son plumage cendré. Des flammes rousses griffent ses flancs de manière caractéristique. Il trottine sur le gazon ras des prairies alpines et pavoise sur la pierre nue. Il vient picorer les miettes autour du refuge. L’hiver venu, il migre vers les vallées. Sa transhumance peut même le conduire jusqu’aux rochers du littoral. À la fonte des neiges, le long des névés, il est le prédateur redoutable des petits invertébrés engourdis par le froid.

019851
Faune
Vautour fauve

En vol, la silhouette des vautours fauves, rectangulaire, monolithique et contrastée, est unique. Leur envergure varie de 2,60 m à 2,80 m pour un poids de 6 à 9 kg... à jeun ! Posés, ils se caractérisent par des couleur brune et crème et un long cou couvert d'un duvet blanc et ras qui émerge d'une collerette de plumes blanches duveteuses. Grégaires, les vautours vivent en colonie dans les falaises.

010515
Flore
Grassette commune

Ce sont ses feuilles d'un vert clair presque jaune qui permettent de la repérer sur le sol détrempé. Le dessus de ces feuilles, gluant, est un vrai piège pour les moucherons qui s'y aventurent. La plante est carnivore pour combler le manque d'azote des terrains humides.

001853
Faune
Tétra Lyre

La limite supérieure de la forêt est propice à rencontrer le tétras lyre. Faisant confiance à son plumage terne la poule reste camouflée dans la végétation, il est très difficile de l’observer. Par contre les coqs noir et blanc avec des « sourcils » rouges sont moins discrets surtout pendant la période de reproduction où leur roucoulements et chuintements résonnent dans la montagne tôt le matin .

021101
Faune
Lièvre variable

Nombreux sont les lièvres variables ou blanchons, qui vous ont observés…l’inverse est rarement vrai. Brun l’été, blanc l’hiver, le blanchon est naturellement présent dans toutes les Alpes. Comme le lièvre d'Europe dont il diffère par une taille plus petite, une queue blanche et des oreilles plus courtes, il laisse dans la neige des traces en Y dues à son mode de déplacement par bonds (il ramène les pattes arrière devant les pattes avant). D’ailleurs, ce sont souvent ses empreintes et ses quelques crottes en billes rondes et sèches qui trahissent son passage. Ses larges pattes poilues sont de véritables raquettes lui permettant de rester à la surface de la neige, même poudreuse.

021483

Profil altimétrique

Altitude (m)

Min : 1603 m - Max : 2110 m

Distance (m)

 

Plus d'informations

Balisage
  • Marks PR PR