Rando Ecrins

Le vallon de Chargès

9 h
Durée
Difficile
Difficile
Aller-retour
Aller-retour
19,5 km
Longueur totale
1774 m
Dénivelé montant
Usages
  • A pied
Thème
  • Col
  • Faune
  • Pastoralisme

Au printemps, le vallon fleuri se pare de toutes les couleurs. Il mène au col de la Règue qui signifie en patois « troupeau ».

Le bas des versants de couleur verte contraste avec le haut des sommets gris-marron. La fraîcheur de l'herbe accentue l'austérité de la roche, parfois encore saupoudrée de neige. Quant au torrent, il anime le creux du vallon où il n'est pas rare de rencontrer une vache s'y abreuvant.

Du parking des Gourniers, traverser le hameau et suivre le sentier jusqu'à la Chapelle-Saint-Marcellin. Le sentier chemine ensuite à flanc jusqu'à une passerelle (Pont la Claie) puis remonte à la cabane de Pré d'Antoni. Poursuivre jusqu'à un torrent (passerelle). Remonter une pente gazonnée pour accéder à un replat et à la source de Chargès. De la source, suivre les drailles (sentiers créées par le passage des troupeaux) et franchir un petit ruisseau issu d’une cascade. Le chemin louvoie jusqu’au col, balisé de losanges rouges et de cairns.

Accès routier

Depuis Savines-le-lac, prendre la D41 jusqu'à Réallon. Suivre ensuite la D241 jusqu'au hameau des Gourniers au fond de la vallée.

Lieux de renseignement

Centre d'information des Gourniers (ouverture estivale)

Les Gourniers
 Réallon
Tél : 04 92 44 30 36
embrunais@ecrins-parcnational.fr

Les Gourniers
05160 Réallon

Site web - Courriel - 04 92 44 30 36

Lat: 44.61608, Lng: 6.33363

Cet itinéraire est dans le coeur du parc national, veuillez consulter la réglementation.

Cliquer pour intéragir

Sur le chemin…
Géologie
Marmite de géant

Le terme marmite de géant désigne une cavité creusée par un cours d'eau dans la roche en place. Ici, les eaux et les galets du torrent de Chargès tourbillonnent en creusant et polissant la cavité, lui donnant ainsi une forme spectaculaire.

DSC_0193
Faune
Pic noir

Ce drôle d'oiseau noir avec un casque rouge et un long bec clair est le plus grand pics des Alpes. Il est difficile à observer car il est très solitaire et méfiant. Cependant, grâce aux nombreux indices qui révèlent sa présence, il est possible de repérer son chant et ses cris très typiques et sonores. Il tambourine sans relâche pour défendre son territoire ou pour trouver des scolytes ou des fourmis charpentières. 

021671
Faune
Mésange à longue queue

Cette mésange se reconnaît aisément grâce à sa petite boule de plumes teintée de blanc, noir, brun et rose, prolongée par une très longue queue.  Peu sélective, elle s'adapte à toutes sortes de milieux forestiers pourvu qu'ils soient denses. Bien qu'elle soit plus commune en plaine, elle est néanmoins présente en montagne jusqu'à 2 000 m d'altitude dans les Alpes. Contrairement aux autres mésanges, la mésange à longue queue niche dans un nid sphérique et élastique qui s'agrandit au fur et à mesure de la croissance des jeunes.

028209
Faune
Bruant fou

Le bruant fou est une espèce plutôt montagnarde et méridionale. A la mauvaise saison, il migre vers les vallées ou les plaines. Au printemps, du haut d'un buisson, le mâle lance son chant, agréable mais guère remarquable ni bien sonore. A condition d'être discret et attentif, il est possible d'entendre parfois ses petits "tsip", cris aigus et brefs.

019880
Faune
Tichodrome échelette

Discrètement accroché à une falaise grâce à ses longs doigts pourvus de griffes, le tichodrome échelette prospecte, à la recherche d’insectes et d’araignées que son long bec fin et recourbé lui permet de déloger. Unique représentant de la famille des tichodromadidés, le « grimpeur de murs » est inféodé aux parois verticales de montagne où il trouve gîte et couvert. Espèce peu farouche, emblématique des régions de montagne, le tichodrome échelette se rapproche parfois des villages en l’hiver.

021124
Faune
Circaète Jean-le-Blanc

Le printemps est à peine de retour que résonnent à l'aplomb du clocher des cris perçants. Il faut lever la tête pour admirer deux grands oiseaux volant de concert, alternant voltige et surplace dans le ciel comme deux cerfs-volants argentés jouant avec le vent. Leur silhouette claire, trapue et leur tête plus sombre permettent d'identifier le Circaète Jean-le-Blanc.  Il se nourrit principalement de reptiles (lézard et serpent) qu'il capture par la tête, qu'il peut régurgiter ensuite au poussin lors de l'élevage du jeune.

033870
Faune
Crave à bec rouge

La falaise qui surplombe le sentier au-delà de la chapelle Saint Marcellin abrite plusieurs couples de crave à bec rouge, fidèles à leur territoire. De la famille des corvidés, il ressemble beaucoup au chocard à bec jaune. Les différencier par la silhouette demande un peu d’expérience mais le bec est le bon critère : rouge, long et incurvé pour le crave, jaune et court pour le chocard. Jouer avec l’air en piqués, vrilles et loopings est sa spécialité.

Crave à bec rouge en vol
Faune
Hirondelle de rochers

L'hirondelle des rochers est habillée d'un plumage aux tons beiges guère contrastés. Elle est capable de véritables prouesses en vol, une qualité indispensable pour capturer la multitude d'insectes dont elle se nourrit. Au printemps, une fois une barre rocheuse sûre repérée, l'hirondelle des rochers transporte sans relâche, avec son bec, boue et brins de végétaux. A l'aide de cet unique outil, elle fixe solidement chaque élément de l'édifice à la roche grâce à un savant mélange de salive et d'eau.

027541
Faune
Chamois

Animal emblématique des Alpes, le chamois ou « chèvre des rochers » porte de courtes cornes noires et crochues. Comme le bouquetin, il est plus facilement observable avec des jumelles. Les chèvres et éterlous (jeunes mâles d'un an) aiment à constituer de grandes hardes ; a contrario, les boucs restent plutôt isolés pour ne rejoindre les femelles qu’à la saison des amours. L’hiver, le chamois aspire à beaucoup de tranquillité car il va survivre en économisant ses réserves de graisse.

021078
Pastoralisme
Cabane du Pré d'Antoni

Posée au-dessus du torrent bouillonnant, cette cabane pastorale est utilisée par le berger en complément de celle de Chargès, pendant l’estive des vaches de la vallée de Réallon. Traditionnellement, le 14 juillet, un troupeau de 370 bêtes quitte au petit jour les Gourniers et gagne l’alpage de Chargès pour 2 mois. Ce jour-là, appelé « l’amontagnage », tout le monde peut participer.

000459
Faune
Cincle plongeur

Le cincle plongeur est facile à observer à condition d'être discret. Il vit le long des rivières et des torrents de montagne. Petit oiseau roux et gris, à la queue courte, il a le bec effilé, une tache blanche du menton à la poitrine. Cet étonnant passereau a la particularité de marcher au fond de l'eau à contre-courant, en quête de nourriture. Il s’aplatit et s’agrippe au fond avec ses doigts, ouvre ces yeux, protégés des flots par une fine membrane et repère alors vers, larves, petits crustacés et poissons.

Cincle plongeur
Faune
Pipit spioncelle

Ce petit oiseau de la famille des Passériformes peut rester invisible en voletant à contre jour dans le bleu du ciel. Il est donc très discret. Par contre, il sait se faire entendre en criant son nom : « pi-pit-pipit-pipit-pipit » et tout à coup, à l'apogée de son vol, il se laisse glisser vers le sol, les ailes déployées en parachute tout en émettant un « piiiiii » jubilatoire ! Posé dans l'herbe de l'alpage, il devient difficile à distinguer parmi les touffes de la grande fétuque.

Pipit spioncelle en plumage d'hiver
Pastoralisme
Drailles

Visibles aux alentours de la cabane de Chargès, les drailles sont des sentiers formés par le passage des troupeaux d'ovins ou de bovins. Dans cet alpage, elles ont été tracées par les vaches appartenant à plusieurs éleveurs de Réallon. A l'occasion de la montée des bêtes en alpage, le 14 juillet, une messe est célébrée à la cabane de Chargès avec la participation d'environ 80 personnes. 

Faune
Traquet motteux

Fin avril, sur le sol de l'alpage, la neige fond progressivement. Les rochers servent de perchoirs au traquet motteux, tout juste revenu de sa migration. Le mâle apparaît le premier : en plumage nuptial, il a la tête et le dos gris, un masque de Zorro sur les yeux, ventre blanc et ailes sombres. Il se reconnaît facilement en vol à son croupion blanc et au T noir qui se dessine sur sa queue. La femelle est plus pâle et moins contrastée. Souvent postés sur une proéminence, ils surveillent les alentours à la recherche d'insectes.

Traquet motteux femelle en automne
Faune
Lagopède alpin

Le lagopède alpin est originaire de la toundra arctique. Cet oiseau de l'extrême est couvert d'un plumage gonflé d'air pour l'isoler des grands froids. Il y trouve, aujourd'hui encore, les conditions indispensables à sa survie. Le lagopède compte parmi les espèces les plus menacées des Alpes. Sa population y est d'ailleurs en régression. Le réchauffement climatique, l'évolution du pâturage, le dérangement hivernal par les skieurs en sont les principales causes. L'observer à la jumelle de très bonne heure le matin permet d'en profiter pleinement tout en contribuant à sa tranquillité, et donc à sa survie.

 

032425

Profil altimétrique

Altitude (m)

Min : 1471 m - Max : 2693 m

Distance (m)

 

Recommandation

Entre la Chapelle-Saint-Marcellin et le pont la Claie, des chutes de pierre sont à craindre, particulièrement lors de fortes pluies. L'itinéraire est alors déconseillé. La fin du sentier traverse l’alpage et n’est pas toujours très visible : suivre les cairns. Être vigilant face aux névés persistants au bas du col.

Plus d'informations