Rando Ecrins

Le Saut du Laire

2 h
Durée
Facile
Facile
Aller-retour
Aller-retour
9,2 km
Longueur totale
515 m
Dénivelé montant
Usages
  • A pied
Thème
  • Histoire et architecture
  • Pastoralisme

Départ : Prapic → Arrivée : Prapic

Une randonnée facile dans un vallon très ouvert du Drac Noir. Les pentes herbues, les prairies de fauche, et les pâturages sont les lieux de prédilection des marmottes.

"En cette douce soirée du mois de juin, je traverse le plateau de Charnières. Je remarque une forme étrange au sein de la plus fleurie des prairies. Non, il ne s'agit pas d'une marmotte. Je m'approche, dissimulé par les aulnes penchés sur le Drac. Position parfaite du lotus, dans le plus simple appareil mais respectant, grâce à un carré d'étoffe, la pudeur et la bienséance, un homme médite. Un sourire enfantin éclaire son visage."

Daniel Briotet, garde-moniteur en Champsaur

Depuis le parking, à l'entrée du hameau de Prapic, monter en direction des auberges. A la bifurcation (panneau), prendre à droite. La piste longe la rive droite du Drac pour grimper sur le plateau de Charnières. A l'oratoire, prendre à gauche pour traverser le plateau. Gravir les lacets qui conduisent à la chapelle de la Saulce. Rester rive droite pour rejoindre la passerelle du Saut du Laire qui donne accès au vallon éponyme, but de cette randonnée. Pour le retour, emprunter le même itinéraire en sens inverse.

Transport

Ligne de bus Gap-Orcières.

Accès routier

Au village d'Orcières, prendre la direction du hameau de Prapic où se situe le parking.

Lieux de renseignement

Maison de la vallée du Champsaur

Information et documentation, présentation d'expositions temporaires. Vente des produits et ouvrages du Parc. Dans le même espace, accueil de l'office du Tourisme du Haut-Champsaur. Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.


05260 Pont-du-Fossé

Site web - Courriel - 04 92 55 95 44

Lat: 44.6672, Lng: 6.22795

Cet itinéraire est dans le coeur du parc national, veuillez consulter la réglementation.

Cliquer pour intéragir

Sur le chemin…
Histoire
Eglise de Prapic

Dédiée à Sainte-Anne, l'église de Prapic date des années 1860. Son édification fit suite à la demande des habitants d'avoir sur place un lieu de culte, face aux aléas de l'hiver et à l'éloignement de l'église paroissiale d'Orcières. Sur un vitrail du chœur, on peut admirer le portrait d'un Prapicois : Jean Sarrazin (1833-1914), surnommé "le poète aux olives", un autre poète que celui du tombeau ... Saurez-vous le retrouver ?

Détail d'un vitrail de l'église de Prapic
Architecture
Hameau de Prapic

Entouré de potagers, de clapiers et de terrasses fauchées, le village se love au bord du Drac et réserve les meilleures terres à l'agriculture. La maison type est le plus souvent perpendiculaire à la pente, basée sur une architecture de cueillette qui montre une grande intelligence dans son élaboration. Des crépis grossiers à la délicatesse des portes en noyer, des couvertures en schistes aux pignons en aulnes tressés, c'est tout un vocabulaire architectural qui rythme le parcours du visiteur.

Jeunes randonneurs au village de Prapic
Histoire
Eau courante

L'eau courante est arrivée en 1924 à Prapic. Les premiers tuyaux étaient faits de tronçons d'un mètre de long, creusés dans des tronc de mélèze. Leur emboîtement ne devait pas amener toute l'eau captée aux six fontaines du village !

Une des fontaines de Prapic en hiver
Eau
Le Drac Noir

Cette dénomination est due à la nature des terrains traversés : le calcaire est plus sensible à l'érosion que les roches métamorphiques de la vallée de Champoléon (Drac Blanc), assombrissant ainsi les eaux du Drac. Bondissant de cascades en baignoires, se frayant un passage à travers les aulnes de la ripisylve, le Drac exprime ici sa nature de torrent de montagne. Truite fario, cincle plongeur et délicates éphémères se dévoilent à l'observateur attentif.

Cincle plongeur
Faune
Marmotte

Si vous êtes patient, vous aurez probablement la chance de la découvrir sur le plateau de Charnière dont elle affectionne particulièrement les prairies, ce qui pose parfois des problèmes à l'agriculteur qui les fauche. Pour autant, elles constituent un attrait indéniable du vallon. Ne vous laissez pas abuser par leur apparence débonnaire, ce sont des animaux sauvages qui luttent pour survivre et les combats entre mâles sont souvent cruels.

Marmotte au Saut du Laire
Flore
Prairies de fauche

Les prairies du plateau de Charnière sont d'une richesse étonnante : plus de soixante espèces végétales différentes se côtoient sur chaque mètre carré. De cette diversité botanique découle une multiplicité d'espèces d'insectes et notamment de papillons, qui y trouvent un milieu favorable à leur développement. Les agriculteurs et le Parc ont signé des contrats pour préserver cette biodiversité. On comprend aussi facilement pourquoi ces prairies ont été retenues pour participer au concours national agricole des prairies fleuries !

Gros plan sur une prairie fleurie
Flore
Asphodèle

L'asphodèle s'épanouit sur les anciennes prairies de fauche. L'épi fleurit de bas en haut, durant tout le mois de juillet. C'est pourquoi on trouvera, au bas de la hampe florale, des fruits alors que les fleurs du sommet sont encore en bouton. Tôt au printemps, les feuilles longues et étroites, groupées à la base de sa tige, ont valu à l'asphodèle blanc l'appellation populaire de « poireau des chiens ».

7-asphodèle_1.jpg
Petit patrimoine
Murets et clapiers

Gagner des terres sur les pierres de la montagne, voilà le combat qu'ont livré les paysans montagnards depuis l'Antiquité. Ces clapiers d'épierrement sont les témoins du temps où les nombreux enfants mettaient les pierres en tas afin que la famille tire subsistance des terres conquises. La parcelle familiale, délimitée par les murets, était ainsi prête à être fauchée. Le Parc participe à l'entretien de ce patrimoine.

Murets et prés de fauche à Charnière
Architecture
Chapelle de la Saulce

Vous l'apercevrez dès les premiers lacets au fond du plateau de Charnières. Elle se caractérise par son abside formant étrave qui protège par sa masse, de l'avalanche, l'unique pièce voûtée de l'édifice. Construite en pierres issues du site, elle est hourdie au mortier de chaux et de graves terreuses prises dans l'environnement immédiat. Elle résiste aux outrages du temps et aux phénomènes naturels.

La chapelle de La Saulce
Géologie
Relief glaciaire

Les roches polies que l'on trouve juste après la passerelle sont les traces du passage des glaciers du quaternaire. Celles-ci sont rayées ; des pierres enchâssées dans la glace d'alors, entraînées par le mouvement glaciaire les ont fortement marquées. Le vallon à fond plat barré d'un verrou glaciaire est une autre caractéristique du paysage modelé par les glaciers.

Le Saut du Laire et le Mourre Froid
Pastoralisme
Cabane pastorale du Saut du Laire

Protégée des avalanches par un gros rocher, cette cabane abrite le berger de juin à fin juillet. Afin d'exploiter la ressource en herbe au fil de la pousse, une autre cabane située au-dessus de la barre qui ferme le vallon complète l'équipement de l’alpage. Pour la tranquillité du berger, il est préférable d'observer la cabane à distance.

Alpage du Saut du laire

Profil altimétrique

Altitude (m)

Min : 1527 m - Max : 1883 m

Distance (m)

 

Recommandation

Cet itinéraire qui convient aux enfants est plus agréable si l'on évite un départ trop tardif. Suivant les conditions météorologiques, la vigilance s'impose lors de la traversée des pentes raides sous la chapelle de la Saulce.