Rando Ecrins

Le lac du Vallon

8 h
Durée
Difficile
Difficile
Aller-retour
Aller-retour
14,6 km
Longueur totale
1433 m
Dénivelé montant
Usages
  • A pied
Thème
  • Faune
  • Géologie

Départ : Les Bosses → Arrivée : Les Bosses

Taillée pour les grands marcheurs, l'ascension vers le lac du Vallon côtoie la limite du cœur du Parc. Ici, la diversité géologique et les points de vue sur les massifs donnent un aperçu instructif de la formation des Alpes.

Ce bel itinéraire d'ampleur conduit du fond de vallée jusqu'à un cirque rocheux qui tutoie les 3000 m. Le minéral est omniprésent et les sommets alentour cachent à notre vue les nuages qui peuvent arriver du sud : attention à la météo, car si l'orage vous surprend là-haut, la descente sera mouvementée !

Samy Jendoubi, Garde-moniteur en Valbonnais

Il est préférable de laisser votre véhicule à côté de l'église de Chantelouve au hameau des Bosses. Traverser la Malsanne sur une passerelle en bois, puis, par une piste tracée dans un vaste éboulis, rejoindre la place de dépôt de bois. De là, continuer sur une piste forestière, franchir la gorge où coule la Malsanne au pont Moulin et obliquer à droite sur un sentier s'élevant dans un petit bois et débouchant dans un vaste vallon parsemé de blocs. Dans le fonds de ce vallon, en entrant dans le cœur du Parc national,franchir un passage dans des dalles rocheuses assez raides puis le sentier mène jusqu’à une cabane pastorale (point d’eau). Le sentier se poursuit en décrivant de nombreux lacets dans des pelouses d'altitude. Il longe une magnifique cascade provenant du lac du Vallon. Le paysage devient très minéral lorsque l'on arrive sur les premiers polis glaciaires. Revenir par ce même itinéraire.

Accès routier

D526 Entraigues Col d'Ornon.

Lieux de renseignement

Maison du Parc du Valbonnais

Accueil, information, salle d'exposition temporaire, salle de lecture et vidéo-projection à la demande. Boutique : produits et ouvrages du Parc. Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

Place du Docteur Eyraud
38740 Entraigues

Site web - Courriel - 04 76 30 20 61

Lat: 44.90153, Lng: 5.9496

Cet itinéraire est dans le coeur du parc national, veuillez consulter la réglementation.

Cliquer pour intéragir

Sur le chemin…
Faune
Aulnaie

Depuis la piste, en regardant vers le col d'Ornon, au nord, vous pouvez observer, la plus vaste aulnaie (forêt d'aulnes blancs) de France, rayée de lacets. Il s'agit d'une aulnaie d'intérêt national inscrite dans le réseau européen des sites Natura 2000.

Forêt d'aulnes blanc
Flore
Flore forestière

Les talus suintants sont le lieu de vie de la Dorine, une plante aux feuilles jaunes arrondies qui pousse dès le mois de mars. Dans la pénombre, sur les vieux bois pourrissants, s'épanouit la Buxbaumie verte : une  mousse qui dresse un minuscule sac vert fluo renfermant des spores (« graines ») dès le printemps, le reste de la plante étant des filaments presque invisibles.

Dorine à feuilles alternes
Géologie
Cascade de tuf

A partir du pont Moulin, une vaste cascade semble momifiée : l'eau qui s'écoule lentement dépose les minéraux dissous qu'elle contient. La roche en place est ainsi recouverte de tuf, une roche jaune et poreuse qui emprisonne les débris végétaux et minéraux déposés au fil du temps.

Ruissellement de tuf
Faune
Faune forestière

Le bois des Adversets abrite une faune riche et diversifiée : sanglier, chevreuil, lequel est l’une des proies favorites du lynx, très discret mais présent autour du col d’Ornon depuis 1995. Si le cri du pic noir peut s'entendre jusqu'à 1 km, le chant de la chouette de Tengmalm ou de la chouette Chevêchette à la nuit tombée est très discret. Ces espèces sont liées puisque ces chouettes utilisent parfois les trous creusés dans les arbres par les pics.

Pic noir
Géologie
Le Grand Armet

A la descente du lac du Vallon vers Chantelouve, vous serez sans doute impressionné par ce massif de plus de 1500m de hauteur, rayé de vallons abrupts et de couloirs d'avalanches, qui vous fait face. Le massif de l'Armet sépare la vallée de la Malsanne de la Roizonne, et abrite le glacier le plus à l'ouest des Alpes. Au pied du Grand Armet (2792m), à côté du hameau de la Chalp, une anomalie géologique à susciter la curiosité des géologues dans les années 1980 et leur a permis d'imaginer un scénario nouveau sur la formation des Alpes : la théorie des « blocs basculés ».

Glacier du Grand Armet
Géologie
Dolomie

Avant que naissent les Alpes, la mer envahissait notre continent (-245 à -65 millions d’années). Lors d’une période tropicale, l’évaporation de la mer par endroit peu profonde, laisse place à une roche brun-jaune, la dolomie, que l’on remarquera sur le sentier escarpé du lac vers 1700 m d’altitude, au passage des dalles.

La dolomie, au passage des dalles
Faune
Merle à plastron

Les arbres les plus hauts en altitude accueillent de nombreux merles à plastron. Ils chantent souvent bien en vue, perchés au bout d'une branche. Vous les reconnaîtrez facilement à la bavette blanche qui orne la poitrine des mâles.

Merle à plastron
Flore
Genévrier sabine

Le genévrier sabine, un arbrisseau au port étalé, d'un vert sombre et mat, est couvert non pas d 'épines mais d'écailles lisses et charnues. Ne cueillez pas ses baies qui, si elle ressemblent à celles du genévrier commun, sont toxiques et peuvent provoquer des hémorragies.

Genévrier sabine
Pastoralisme
Cabane d'alpage

Au-dessus de 1 800 mètres d’altitude, la pelouse alpine est le domaine du chamois et de la marmotte. En été, elle constitue de vastes alpages pour des troupeaux transhumants du Midi. La cabane du Pré de la Vache pourra vous servir d'abri en cas de mauvais temps, sauf si elle est déjà occupée par le berger (une partie du mois d’août).

La cabane du Pré de la Vache
Géologie
Plissements du ravin de l'Argentière

Témoins du soulèvement des Alpes, les plissements spectaculaires des couches sédimentaires (marno calcaire) en rive gauche du ravin de l'Argentière sont âgés de plus de 200 millions d'années. Ces couches se sont d'abord déposées à l'horizontale sous une mer qui recouvrait la région à cette époque et s'est progressivement retirée. Les plaques continentales se sont ensuite affrontées lors de la surrection des Alpes, déformant toutes les roches.

Plissements calcaires du ravin de l'Argentière
Faune
Martinet alpin et hirondelles de fenêtre

La fin de l'été est l'occasion de rassemblement de très nombreux martinets à ventre blanc et d'hirondelles de fenêtre. Avant de quitter les Alpes pour des contrées plus chaudes ces oiseaux se regroupent et se gavent d'insectes dans les courants d'airs chauds qui remontent les pentes en fin de journée. Une fois leurs batteries rechargées ils pourront entamer leur migration.

Martinet à ventre blanc
Faune
Cicindèle champêtre

Ce bel insecte vert taché de blanc est en vérité un redoutable prédateur, courant sur les chemins sableux, bien ensoleillés, après ses proies. Il les repère grâce à ses gros yeux, les poursuit au sol ou en l'air et les taille en pièces avec ses puissantes mandibules avant de les consommer.

Cicindèle champêtre
Faune
Grands planeurs

L'aigle royal parcourt les versants à la recherche d'une imprudente marmotte à capturer pour son repas. Il est parfois suivi de vautours fauves qui se déplacent en groupe dans les courants ascendants ou en se laissant glisser le long des reliefs à la recherche de cadavres d'animaux. Une immense silhouette noire rectangulaire les accompagne parfois : le rare vautour moine.

Aigle royal en vol
Faune
Lagopède alpin

L’étage alpin est l’habitat d’un oiseau discret, changeant de plumage pour mieux se camoufler : le Lagopède alpin. Répartie sur l’ensemble du continent lors des glaciations du Quaternaire, l’espèce est aujourd’hui retirée sur les espaces lui offrant des conditions climatiques qui lui conviennent. Cette fragile population est suivie par le Parc national dans le cadre d’un programme concernant l’ensemble de l’arc alpin : l'OGM. Il ne s'agit pas de « doper » des animaux sauvages mais de suivre leur reproduction au fil des ans pour l'Observatoire des Galliformes de Montagne.

Lagopèdes alpins
Eau
Cascades

Présents à plusieurs reprises entre -1,8 million et -18 000 ans, les glaciers ont marqué le paysage de roches polies en marches d’escalier géantes sur lesquelles le torrent rebondit en cascades.

Cascade aperçue du sentier menant au Lac du Vallon
Géologie
Barres de spilites

Lors des périodes de fortes activités tectoniques (mouvements de plaques continentales), des affleurements de lave se sont produits au contact de l'eau de mer. Il en résulte ces falaises très sombres de spilites que l’on voit en rive droite de Combe Chave et sous le col du Rochail.

Les barres de spilites au col du Rochail
Flore
Céraiste des Alpes

Cette petite plante blanche, aux feuilles couvertes de longs poils, ne vit qu'en altitude sur les polis glaciaires. Comme elle ne supporte pas la fumure, la cohabitation avec les troupeaux de moutons peut lui être fatale : c'est pourquoi le pâturage est déconseillé autour du lac du Vallon.

Céraistes des Alpes
Flore
Fleurs de rocailles

Dans ces falaises noires, on repérera aisément les moindres points colorés. C'est le cas de l'éritriche nain dont les fleurs d'un bleu vif au cœur jaune attirent les insectes et du génépi bourru, le plus grand des génépis, couvert de poils et fortement aromatique qui est bâti pour la lutte contre le froid et la sécheresse. Attention dans le cœur du Parc ou pas, ces plantes sont protégées, alors observez-les, mais laissez-les survivre dans ce milieu si rude.

Eritriche nain
Faune
Bouquetin des Alpes

Disparu au milieu du XIXème. siècle, le bouquetin des Alpes fut réintroduit par le Parc national des Ecrins dans le Valbonnais en 1989 et 1990. Les falaises qui entourent le lac du Vallon, zone de reproduction et d'élevage des jeunes bouquetins, accueillent de petits groupes en période estivale. Si vous en voyez, n’hésitez pas à nous communiquer vos observations à la Maison du Parc, surtout s'ils portent des boucles colorées aux oreilles.

Bouquetins mâle et femelle
Flore
Linaigrette

Jouxtant le lac, une petite zone humide qui reçoit parfois la visite de grandes libellules (aeschnes) est parsemées de linaigrettes, une plante cotonneuse dont  les plumets blancs, ses fruits, sont regroupés en une seule boule assez fournie. Sa tige lisse est ronde contrairement aux autres espèces de linaigrettes qui sont triangulaires.

Linaigrette
Lac
L’empreinte des glaciers

En amont d’un verrou de roches dures situées au seuil du lac du Vallon, le glacier a pu dégager les terrains sédimentaires, dans une faille séparant deux types de roches dures, créant une retenue d’eau naturelle lors de son retrait. Le lac du Vallon est ainsi un des plus grands lacs des Écrins atteignant 47 m de profondeur.  Il constitue les sources de la Malsanne qui rejoint la Bonne à Entraigues.

Le lac du Vallon

Profil altimétrique

Altitude (m)

Min : 1103 m - Max : 2486 m

Distance (m)

 

Recommandation

Possibilité de prendre la piste (difficilement carrossable) en voiture mais parfois problème de parking en haut (1 h de marche en moins).