Rando Ecrins

Le lac du Lauzon

3 h
Durée
Facile
Facile
Boucle
Boucle
6,8 km
Longueur totale
553 m
Dénivelé montant
Usages
  • A pied
Thème
  • Flore
  • Lac et glacier
  • Point de vue

Départ : Gioberney, La-Chapelle-en-Valgaudemar

Situé sur un plateau à 2000 m d'altitude, le site du lac du Lauzon offre une vue saisissante du cirque glaciaire du Gioberney.

L'itinéraire du Lauzon est un « condensé » de la montagne : traversée de milieux naturels propice à l'observation d'une flore et d'une faune variées, belvédère du lac ouvrant un panorama sur les sommets et glaciers alentours.

Du parking de Gioberney, monter en direction du Nord et obliquer à gauche pour rejoindre peu après un croisement. Emprunter sur votre gauche le sentier qui s’élève en direction du « lac du Lauzon ». Le sentier emprunte un éboulis, traverse une petite forêt de mélèzes, enjambe le torrent du Voile de la Mariée pour monter en lacet à travers une lande composée de rhododendrons, d'aulnes verts et d'une pelouse alpine rase. Déboucher sur un plateau où serpente un petit torrent bordé de zones marécageuses. Au bout du plateau, le lac se dévoile au dernier moment. Après le lac, poursuivre l'itinéraire par une petite montée, puis une descente vous mène à un croisement. Prendre à droite la direction de « Gioberney ». Le sentier chemine le long d'une gorge et zigzague par endroit pour rejoindre le replat de Gioberney.

Transport

Navette depuis Saint-Firmin en été et liaison avec les bus qui viennent de Gap et Grenoble.

Accès routier

A 26 km de Saint-Firmin par la D58, la D985a jusqu'à La-Chapelle-en-Valgaudemar  puis la D480T jusqu'au Gioberney.

Lieux de renseignement

Maison du Parc du Valgaudemar

Information, documentation et un espace d'accueil avec des expositions permanente et temporaires. La maison du Parc est labellisée «Tourisme et handicap». Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

Ancien Asile Saint-Paul
05800 La Chapelle-en-Valgaudemar

Site web - Courriel - 04 92 55 25 19

Lat: 44.81836, Lng: 6.19371

Cet itinéraire est dans le coeur du parc national, veuillez consulter la réglementation.

Cliquer pour intéragir

Sur le chemin…
Refuge
Chalet-hôtel de Gioberney

La construction du chalet-hôtel de Gioberney a commencé durant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de chantier de jeunesse. Elle a permis à quelques jeunes de la vallée d'échapper au Service du travail obligatoire (STO). Les pierres du bâtiment ont été prises sur place, taillées et appareillées au mortier de ciment. A l'époque, la route du Gioberney n'existait pas encore, elle ne verra le jour qu'en 1963. Il fallait donc monter à pied ou se faire aider par une mule afin d'accéder au refuge. La fréquentation n'a guère été importante jusqu'à la réalisation de la route. 

007040
Faune
Sérotine de Nilsson

La sérotine de Nilsson est un chauve-souris boréale, relicte glaciaire dans l'arc alpin. Adaptée au froid, elle résiste à des températures proches de  -7°C sur de courtes périodes. La sérotine de Nilsson est une espèce discrète qui vit dans les forêts boréales parsemées de zones humides. Elle chasse parfois près des éclairages publiques, un des seuls endroits où il est plus aisé de l'observer. La capture de femelles sur ce site permet de croire à la présence d'une colonie au Gioberney. Il s'agirait de la première colonie de reproduction connue en France.

Flore
Les milieux

De 1600 m à 2450 m d'altitude, cet itinéraire est une invitation à voyager à travers différents milieux. Des myrtillers et rhododendrons au minéral des éboulis, des vertes pâtures au mélézin, ce voyage sera rythmé par la traversée de différents milieux à la faune et à la flore spécifiques.

Lande à myrtilles
Géologie
Poli glaciaire

Le poli glaciaire une surface rocheuse qui a subit l'érosion d'un glacier. Sur ce site, il est composé de gneiss, roche dure et massive résultant d'une cristallisation de quartz, feldspath et de micas partiellement fondus. Des stries permettent de visualiser le sens de déplacement des débris de roches enchâssés dans la glace. Dans les parties fracturées, des fragments de roche ont été arrachés par la glace. Ce phénomène se nomme "débitage sous-glaciaire".

Eau
Cascade du « Voile de la Mariée »

Le torrent du Lauzon franchit l'épaulement glaciaire et tombe en cascades successives dans l'auge glaciaire du Gioberney à travers les parois plus raides des Bancs de la Pisse. La cascade inférieure s'étale en voile de mariée. Le torrent du Lauzon conflue quelques centaines de mètres plus loin avec le torrent du Gioberney. Cette célébrité acceptera docilement de se faire photographier. Elle vous offrira son plus beau panache, ses plus belles volutes pour un souvenir mémorable.

La cascade du voile de la mariée
Faune
Bouquetin des Alpes

Le bouquetin a été réintroduit dans la vallée de Champoléon dans le Champsaur entre 1994 et 1995. Depuis 1999, les bouquetins sont venus coloniser les pentes du Gioberney et sont en train de progresser lentement vers le bas de la vallée. Certains ont été observés au dessus du rif du Sap, à l'Olan et également au niveau du lac du Lauzon. Des 30 individus initialement relâchés, il existe maintenant une population d'environ 300 individus.

002214
Lac
Lac du lauzon

Le lac du Lauzon est un lac de surcreusement glaciaire. Pendant le maximum glaciaire du Würm, il y a 10 000 ans, l'ancien glacier a creusé une cuvette dans les gneiss migmatisés fracturés par une faille nord-sud. Il est nommé lac "de pelouse" car il est soumis à des conditions climatiques clémentes avec 4 à 5 mois de dégel. Dans ces eaux, une végétation aquatique, très présente, traduit une grande productivité biologique.

027182
Point de vue
Regard sur le Lauzon

Le site du Lauzon, proche et accessible, offre une occasion facile de vivre la montagne. Au lever ou au coucher du soleil, profitez de la vue sur le cirque du Gioberney et du reflet du Sirac dans le lac. C'est à l'aurore ou au crépuscule que le site prend toute sa force avec d'heureuses rencontres-surprises avec la faune (à condition de savoir être patient et surtout discret).

023562
Flore
Violette des marais

La violette des marais pousse, comme son nom l'indique, dans les milieux humides et plus particulièrement dans les tourbières. Au printemps, cette petite violette de 5 à 15 cm de haut fleurit en cinq pétales violet-gris. Comme tous les végétaux des milieux humides, sa principale menace est celle qui pèse sur la réduction ou la disparition de ce type de milieux.

034135
Flore
Laîche en ampoules

La laîche en ampoules, de son nom latin carex rostrata est une plante vivace, c'est-à-dire que sa période de végétation dure plusieurs années. Espèce typique des tourbières, elle vit également aux bords des étangs. L'épi (20 à 80 cm de haut) est composé de plusieurs épillets, mâles (en bas) et femelle (en haut). Sa floraison se situe entre les mois de mai et juillet.

023240
Géologie
Tourbière de transition

La tourbière est un milieu très particulier qui, par définition produit de la tourbe. Celle sur ce site est dite de "transition", c'est-à-dire qu'elle est au stade intermédiaire dans le processus de la tourbière. Cette zone humide acide se présente sous l'aspect d'un tapis spongieux de sphaignes, végétaux gorgés d'eau proches des mousses. En raison des conditions locales difficiles, peu d'insectes les colonisent, et seules les espèces très spécialisées s'y adaptent : tout petits moustiques et autres diptères.

023441

Profil altimétrique

Altitude (m)

Min : 1629 m - Max : 2061 m

Distance (m)